Alimentation et endométriose

À ce jour, les causes de l’endométriose sont encore très mal connues. L’insuffisance des moyens dont on dispose pour prévenir cette affection devrait nous inciter à améliorer sa qualité de vie en termes de santé. Dans cette perspective, l’alimentation constitue un excellent point de départ. En effet, elle permet d’accroître son bien-être physique et psychique, tout en répondant à des besoins sociaux et culturels. Une alimentation équilibrée peut contribuer à ressentir sa vie comme étant bien remplie et valant la peine d’être vécue.

Il faut savoir que les habitudes alimentaires sont ancrées très profondément dans notre comportement. Les changer n’est donc pas chose simple et demande beaucoup de temps. C’est pourquoi il faut modifier son alimentation progressivement. On pourra par exemple, dans un premier temps, consommer des fruits et des légumes aux collations, puis, dans un deuxième temps, commencer à équilibrer ses repas.

Bien que l’on ne connaisse guère encore les causes de l’endométriose, des études ont mis en évidence l’existence d’un lien entre l’alimentation et l’apparition de la maladie.

On a observé que la surcharge pondérale durant l’enfance ou une consommation élevée de viande rouge pouvaient être liées à un risque accru de développer la maladie. Il est également possible qu’une alimentation riche en acides gras oméga-3 ainsi qu’une consommation importante de fruits et de légumes puissent aller de pair avec une baisse du risque d'endométriose. Les données disponibles ne sont toutefois pas claires et des études supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine.

Pour les femmes, il s’agit donc là d’une première possibilité d’influencer activement le risque de développer cette affection, même si cela n’est que de manière limitée.